Arthur Moinet

Une autre éducation est possible !

Les distributeurs automatiques dans les lycées

Coffee break on the office.

Le 14 octobre 2003, l’Assemblée nationale adoptait une loi relative à la politique nationale de santé publique. Dans cette loi, l’article 30, adopté par amendement, interdisait tous les distributeurs automatiques dans les établissements scolaires à compter du 1er septembre 2005.

La mesure est justifiée, incontestable, elle va dans le sens de la lutte contre l’obésité. Pourtant, 8 ans après, elle semble trop vague et trop peu précise. En effet, en interdisant tous les distributeurs quels qu’il soit, elle a crée une règle trop stricte.

Il est donc impossible, pour un établissement scolaire d’installer un distributeur d’eau (justifié au vu de l’état souvent douteux des sanitaires dans les collèges) ou de fruits (en plein essor) dans son enceinte ! Des parlementaires se sont déjà interrogés sur cette question : par exemple Nicole Bricq en 2004 (http://www.cazeau.fr/article/articleview/1743).

D’autre part, l’interdiction des totale des distributeurs de boissons chaudes (thé, café, chocolat) dans les lycées, où il faut le rappeler se trouvent des élèves responsables, voire majeurs, est totalement injustifiée. D’ailleurs, la très grande majorité des lycées ont laissé ou installent encore aujourd’hui ces distributeurs de boissons chaudes en leur enceinte. Mais toutefois, certains proviseurs, invoquant la loi, refusent toujours, et ce à juste titre, à installer ce confort minimum dans leur lycée, notamment quand leur conseil de vie lycéenne (CVL) leur en fait la demande.

La situation apparaît alors injuste et factrice d’interrogations : alors que certains lycées disposent de distributeurs, qui participent par ailleurs au bien-être des élèves dans leurs lycées, certains ne peuvent injustement en disposer.

L’article 30 de la loi pourrait être précisé, détaillé. Par exemple y faire mention d’exceptions, qui ne pourraient contenir qu’un minimum de sucres.

Pour leur faire part de cette interrogation, j’ai envoyé un courrier aux parlementaires et pris rendez-vous avec mon député Michel Ménard.

La situation à Guist’hau le 12 décembre

Invoqué par le CVL dès la fin de l’année 2012-2013, l’installation de distributeurs automatiques (thé, café, chocolat, potages) aurait dû se se concrétiser dès le mois d’octobre. Après avoir demandé plusieurs devis, auprès de 3 sociétés, qui retardèrent l’installation, l’entreprise retenue (Café Automatique Service) fut choisie dès novembre.

Se posa alors la signature du contrat. D’abord envisagée entre le foyer socio-éducatif et la société, il fut décidé avec le proviseur que le contrat porterait entre le lycée et l’entreprise pour des questions techniques. Mi-novembre, le projet fut stoppé suite aux menaces de poursuites juridiques de la société fournissant la machine à boissons chaudes de la salle des profs. Cette dernière invoquant une clause de non-concurrence à l’intérieur de l’établissement.

Malheureusement, début décembre, un courrier émanant de la cellule juridique du rectorat tomba. Rappelant au proviseur son obligation formelle de respecter la loi au sein de son lycée, la tolérance ne pouvant selon elle ne s’appliquer que pour les établissement ayant conservé leurs machines.

La situation est donc compliquée aujourd’hui, nous allons donc tenter le plus rapidement possible de trouver une issue favorable au projet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le décembre 11, 2013 par dans Vie lycéenne.
%d blogueurs aiment cette page :